Blog

Mobilité électrique :  la chasse aux voitures ventouses
Avec plus de 27 000 immatriculations répertoriées en plus en ce début d’année 2017, la France se place comme leader de ventes de véhicules électrique en Europe. Les collectivités multiplient donc les déploiements de bornes de recharge pour répondre à la demande croissante des utilisateurs. Le secteur des transports étant le premier émetteur de GES du territoire, le virage vers l’électromobilité est crucial pour accélérer la transition énergétique. L’accès aux 16 000 points de charge publics actuellement installés devient donc un enjeu majeur à aborder.

 

Un enjeu d’accessibilité

Quand on évoque le problème des voitures qui squattent les places réservées à la recharge des véhicules électriques, on pense immédiatement à ces véhicules thermiques dont la présence illégitime agace régulièrement les usagers de VE ou VHR. Plus subtile, ce squat peut se faire par les voitures électriques elles-mêmes dans le cas où elles ne sont pas raccordées aux bornes. Leurs propriétaires pensent parfois qu’ils peuvent en disposer sans réserve le temps pour faire leurs courses.

Quelques témoignages sur la Toile font également état de l’agacement actuel en France et outre atlantique suite aux squats de place de recharge. Loïc Le Meur, un entrepreneur bien connu se plaignant du manque de place libre aux « Supercharger » Tesla a attiré l’attention d’Elon Musk, qui a promis à l’intéressé de prendre en main ce problème. Si la voiture n’est pas déplacée dans les 5 minutes après la fin de la recharge, des pénalités de 0,35 € par minute commencent à s’appliquer ! Toutefois, cela ne règle pas tous les problèmes, notamment celui des voitures thermiques qui ont tendance à stationner sur les places dédiées aux bornes de recharge.

 

Comment lutter contre les voitures ventouses thermiques ou électriques ?

  • Des campagnes d’information et de sensibilisation qui alertent les automobilistes sur les bonnes pratiques en terme d’utilisation de ces places réservées,
  • Des emplacements pour la recharge mieux signalés, en utilisant panneaux explicatifs rappelant la loi, marquages systématiques au sol avec des couleurs vives pour les distinguer des autres emplacements de stationnement,
  • Une verbalisation plus régulière sur l’espace public avec une surtaxe pour celui qui reste plus longtemps que le temps de la recharge et une extension de la pénalisation aux parking privés pour dissuader les « squatteurs » d’utiliser ces places, aujourd’hui au bon vouloir des directions de magasins, qui ne veulent généralement pas mécontenter leurs clients,
  • Des solutions plus techniques de détection de présence de véhicules basés sur des capteurs sans fil. Ces solutions aujourd’hui utilisées dans le secteur des ITS (Intelligent Transport System) requièrent exigence et fiabilité. Elles sont en mesure de fournir une information en temps réel de disponibilité effective des places de recharge. L’exploitant (collectivité ou syndicat d’énergie) contrôle ainsi la présence de véhicules électriques ou thermiques, qu’ils soient en cours de recharge ou non. Il fournit aux conducteurs une information de disponibilité juste : la borne de recharge est disponible et la place accessible, et éventuellement entamer un processus de verbalisation pour les véhicules en infraction.
Une information fiable et rapide de disponibilité effective est essentielle pour contenter les usagers et les futurs conducteurs de véhicules électriques et favoriser les déplacements propres. Les usagers pourront poursuivre leur route et rentrer sans détour chez eux et ne pas allonger de plusieurs heures un déplacement à moyenne ou longue distance. Les solutions de détection de présence de véhicule garantissent également la rentabilité des infrastructures déployées par les exploitants et encourage un maillage plus rapide afin de réduire les disparités territoriales existantes et accélérer la transition énergétique.
a voir également