HIKOB Chronicles

Course Européenne à l’électromobilité : l’Allemagne orchestre son échappée

Selon l’AVERE, 150.000 nouvelles immatriculations ont été délivrées en Europe en 2017, portant à plus de 500.000 le nombre de véhicules électriques circulant en Europe. Se faisant, le marché Européen du véhicule électrique a augmenté de 43,9% par rapport à 2016.

Autonomie, temps de charge, réseau de recharge, prix d’acquisition, impact sur l’environnement, en Europe, le véhicule électrique lève un à un les freins à son expansion. Soutenu par les états, il gagne les faveurs des constructeurs et le cœur des électromobiliens.

Allemagne : récit d’une remontée fulgurante

En tête des ventes en 2017, la Norvège comptabilise 33.791 nouvelles immatriculations, suivie de laFrance avec 30.921 nouvelles immatriculations. Dans cette course, l’Allemagne accélère dans le virage en fin 2017 et double la France avec en février 2018, 2.546 véhicules à batterie lithium-ion immatriculés en Allemagne, contre 2.071 en France. Elle garde l’avantage avec 3 792 véhicules électriques immatriculés sur le mois record de mars 2018, soit une croissance de 73,1 % par rapport à février 2018. (Source : Electrive )

Si on en croit le sondage publié le 17 février 2018 dans le magazine spécialisé Automobilwoche, le marché Allemand des véhicules électriques est même sous pression. Il semble que les clients doivent attendre de 6 à 7 mois pour une PeugeotiOn, une dizaine de mois pour une Nissan Leaf, 1 an pour une Hyundai Ioniq Elektro et jusqu’à 2019 pour une Smart. (Source : Les Furets)

Selon Bloomberg New Energy Finance, toutes les conditions sont réunies pour que l’Allemagne devienne cette année le troisième marché au monde pour la voiture électrique, derrière la Chine et les Etats-Unis, et devant la Norvège ou encore la France, jusqu’à présent champions européens de la mobilité électrique.

https://www.hikob.com/wp-content/uploads/2018/04/electric-charge-2301604_1920.jpg

Une échappée bien préparée

Guillaume Crunelle du cabinet Deloitte fait même la projection qu’en 2030, « les véhicules zéro émission représenteront, selon nous, au moins 30% du marché automobile outre-Rhin » (Source : Les Furets)

Incitations, subventions, exonération de taxes, programme « Infrastructure de recharge », depuis 2016, l’Allemagne met en œuvre un grand plan national pour développer l’usage de la voiture électrique.

Pour lever le frein du prix, deux mesures depuis le 1er janvier 2016 :

  • Un bonus environnemental jusqu’à 4 000 € pour l’achat d’un véhicule électrique et 3 000 € sur un hybride rechargeable avec effet rétroactif au 1erjanvier 2016. Ces aides à l’acquisition sont attribuées par ordre d’arrivée des demandes, jusqu’à utilisation complète des fonds disponibles ou arrivée à la date limite du programme, fixée au 30 juin 2019.
  • Les propriétaires de véhicules éligibles bénéficient en outre d’une exemption de la taxe sur les voitures particulières pendant 10 ans.

De plus, les salariés qui rechargeront leur véhicule électrique au travail n’auront pas à déclarer le montant de la recharge comme un avantage salarial. (Source : AVERE)

Parallèlement, la cour administrative fédérale de Leipzig a confirmé la possibilité pour les autorités locales d’interdire la circulation des véhicules diesel les plus polluants. 70 villes  et environ 12 millions de voitures seraient concernées par cette mesure qui pourrait s’appliquer dès 2019. (Source : AVERE)

En corrélation et d’après une analyse partagée le 12 mars 2018 à Francfort par le cabinet EY, les constructeurs automobiles allemands sont en tête des investissements dans les véhicules électriques. Les 16 plus grands groupes automobiles mondiaux ont atteint 3,2 milliards d’euros d’investissement pour l’Allemagne, dépassant largement ceux concernant la Chine(990 millions d’euros), les États-Unis (887 millions d’euros) et la France (110 millions d’euros).L’étude indique que les marques allemandes pourraient réintégrer le peloton de tête avec l’arrivée de plusieurs modèles en 2019 et en 2020.(Source : EY)

https://www.hikob.com/wp-content/uploads/2018/04/electric.jpg

L’enjeu des bornes de recharge : maillage et accessibilité

Depuis le 1er mars 2017 les investisseurs privés, les villes et les communautés de communes bénéficient d’un programme de financement de près de 300 millions d’euros afin de développer un réseau de bornes de recharge sur l’ensemble du territoire allemand.

5 000 bornes de recharge rapide pour une valeur de 200 millions d’euros et 10 000 bornes de recharge classiques pour un montant de 100 millions d’euros devraient être financées par le ministère fédéral des Transports et de l’Infrastructure Numérique (Bundesministerium für Verkehr und digitale Infrastruktur, BMVI).  (Source : OFATE)

Parallèlement, en réaction aux superchargeurs Tesla et Ford, les constructeurs allemands Volkswagen, BMW et Daimler ont créé « IONITY ». Le consortium promet ainsi une borne de recharge rapide tous les 120 kilomètres des célèbres « Autobahn », sans limitation de vitesse.

Dans cette même dynamiques, suite au partenariat entre l’énergéticien EnBW et la compagnie d’autoroutes Tank & Rast, 1 000 bornes de recharge rapide pour véhicules électriques devraient mailler l’Allemagne en 2020. (Source : EnBW)

Avec un nombre exponentiel de voitures électriques et hybrides rechargeables sur les routes, l’enjeu de l’accès aux bornes de recharge devient crucial. Or, lorsque l’on aborde le sujet de l’accessibilité on ne peut pas occulter le frein que représente le ICE-ing (usage abusif des places dédiées à la recharge des véhicules électriques et hybrides).

Pour l’électromobilien l’enjeu est de poursuivre sa route, pour le professionnel, il est question de la pérennité de son activité et pour l’exploitant du réseau de bornes de recharge, il s’agit d’assurer son service et de rentabiliser les déploiements.

L’Allemagne ne semble pas s’être encore penchée sur le sujet, en France en revanche, plus de 2000 bornes sont équipées de systèmes sans fil de monitoring des places dédiées à la recharge. Ils remontent en temps réel, l’information de disponibilité effective qui permet aux exploitants de contrôler le bon usage des places dédiées à la recharge pour garantir la rentabilité de leur réseau et de fournir une information de disponibilité fiable aux usagers (la borne de recharge est disponible et la place accessible). (Source : AVEM)

https://www.hikob.com/wp-content/uploads/2018/04/IRVE_Allemagne.jpeg

La course ne se joue pas à l’échelle Européenne mais bien au niveau mondial. D’ailleurs, pour rejoindre la pole position, l’Europe s’unit et s’organise autour de l’enjeu des batteries. Pour la Commission Européenne, les batteries sont un «facteur clé»du projet phare de création dune « Union de l’énergie ». Le projet appelé « Airbus de la batterie » en référence à la situation de l’industrie de l’aviation en 1960 est considéré comme un sujet majeur qui permettrait à l’Europe d’être moins dépendante des cinq fournisseurs asiatiques qui détiennent un quasi-monopole, pour le moment.

Affaire à suivre …

https://www.hikob.com/wp-content/uploads/2018/04/electric-car-2728143.png
a voir également